skip to Main Content
[font_awesome icon="phone" margin_right="5px" color="#000"] 01 42 59 15 27 [font_awesome icon="envelope" margin_right="5px" margin_left="20px" color="#000"] patrick@rouillier.com [font_awesome icon="user" margin_right="5px" margin_left="20px" color="#000"] [wp_login_url text="User Login" logout_text="Logout"]

Éric Zemmour : La stratégie du polémistes

NODFERATU LE VAMPIRE

Tout homme politique a sa stratégie pour s’imposer devant l’opinion publique. Généralement elle consiste à mettre en avant sa personnalité, pour imposer son charisme et ainsi crédibiliser son programme et ses promesses. C’est la méthode choisie par les grands tribuns (De Gaulle, Mitterrand, Sarkozy, Macron, Mélenchon). Il ‘agit d’entrainer les foules dans un élan d’espoir ou de patriotisme qui les met en état de « gober » toutes les promesses, même les moins réalisables.

Ces n’est pas dans les cordes de notre alias de « Nosferatu » qui doit donc adopter une stratégie différente.

Ce n’est pas pour rien que Zemmour est identifié comme un polémiste. J’ai essayé de montrer dans un article précédent comment dans un débat il arrivait à entrainer son interlocuteur sur son terrain de prédilection, là où il se sent à l’aise et prêt à jongler avec les contre-vérités qui désarçonne son adversaire.

Dans le débat public sa stratégie est identique.

  1. Il commence par lancer une contre-vérité évidente, une horreur que ses adversaire, même s’ils le pensent parfois, n’oserons jamais avancer. Ceci crée le « buzz ». C’est l’objectif d’Éric Zemmour.
  2. Les médias avides de scandales, moteurs de la croissance des ventes, la reprennent à loisir, et selon les tendances du média, pour la contrer voire la démolir
  3. Les hommes politiques dans ce délire médiatique sont bien obligés de prendre position. Chacun le fait dans l’intérêt de son parti politique et de son candidat, d’où des opinions très différentes et généralement très tranchées.
  4. La polémique est lancée, les opposition se contredisent, se déchirent.
  5. Le but est atteint, le débat publique est porté sur le terrain choisi par Éric Zemmour qui s’y trouve plus à l’aise que ses adversaires.

Cette stratégie est assez visible et pourtant tous s’y laissent prendre car chacun pense y avoir intérêt. Les médias pour faire de l’audience, les hommes politiques pour se démarquer de leur adversaires. Mais, ce faisant, ils font le jeu du polémiste Éric Zemmour qui ne fait que monter dans les sondages.

Bien sûr, cette tactique est valable dans les débuts d’une campagne électorale, mais elle ne le sera plus quand ce sera les électeurs qui fixeront les sujets qu’ils souhaitent voir débattre .Les politiques seront bien obligés de s(y soumettre. Il est possible qu’alors les scores de Zemmour ne soient plus aussi élevés.

Print Friendly, PDF & Email

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top