skip to Main Content
[font_awesome icon="phone" margin_right="5px" color="#000"] 01 42 59 15 27 [font_awesome icon="envelope" margin_right="5px" margin_left="20px" color="#000"] patrick@rouillier.com [font_awesome icon="user" margin_right="5px" margin_left="20px" color="#000"] [wp_login_url text="User Login" logout_text="Logout"]

Dieu, champion de l’obsolescence programmée !

L’obsolescence programmée est à la mode. On accuse les fabricants de sciemment nous proposer des appareils conçus pour durer un minimum de temps de façon à favoriser leur renouvellement rapide et ainsi grossir leurs profits.

Cette accusation n’est pas dénuée de fondement même si elle mérite d’être un peu nuancée. Cette « obsolescence » peut aussi être portée au compte de la guerre des prix allumée par notre appétit d’avoir toujours mieux pour moins cher. Devant fournir des produits de plus en plus performants et moins chers les fabricants, inévitablement, rognent sur la qualité des matériaux et des constituants pour répondre à l’attente des consommateurs.

Bien sur les deux effets sont possibles de façon concomitante. Notre désir de prix bas et l’opportunité pour certains fabricants d’en tirer profit.

Passons sur la polémique et intéressons-nous à la notion d’obsolescence. Elle est inhérente à la nature ou toutes choses ont un début et une fin (qu’il s’agisse d’une plante, d’un animal, d’un minéral, et même d’une étoile). Elle est tellement ancrée dans nos gènes qu’elle habite nos plus grands mythes.

Que l’on croie à un dieu créateur ou à une mère nature Darwinienne la naissance de l’homme est associée à celle d’obsolescence. Notre espèce n’échappe pas à l’obsolescence programmée. Notre corps (et notre esprit qui lui est associé) a été conçu pour durer 50 à 60 ans. Tout va bien jusqu’à la quarantaine, puis apparaissent les troubles de la vue (50 ans) de l’audition (60 ans), les problèmes de genoux, de hanches, cardiaques, de prostate … (70 ans) les dégénérescences (Alzheimer, Parkinson).

Grâce à notre inventivité nous arrivons à faire durer « la machine » plus longtemps à grand coup de réparations (médicament, chirurgie), et une durée de vie de 85-95 ans n’est plus exceptionnelle.

Avec toute machine industrielle ont pourrait contourner cette « obsolescence  programmée » à grands coups et couts de réparations. Évidemment les fabricants « trainent les pieds » pour assumer les réparations et il est souvent plus simple et moins couteux de changer de machine plutôt que de la réparer. Pour notre corps le problème est différent et en changer n’est pas une solution séduisante. On choisit la réparation.

Pourquoi les dieux ont-ils choisit cette obsolescence programmée ! peut-être parce que si ils avaient choisit un modèle d’humain solide, indestructible, les humains ne les auraient pas inventés … et si la créature n’invente pas son créateur, rien n’est possible !

Personne n’est parfait, pas même les dieux !

Print Friendly, PDF & Email

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top