skip to Main Content
[font_awesome icon="phone" margin_right="5px" color="#000"] 01 42 59 15 27 [font_awesome icon="envelope" margin_right="5px" margin_left="20px" color="#000"] patrick@rouillier.com [font_awesome icon="user" margin_right="5px" margin_left="20px" color="#000"] [wp_login_url text="User Login" logout_text="Logout"]

Le mythe du drapeau ou la confusion du sujet et de l’objet

Une polémique de plus à propos du drapeau Européen déployé sur l’arc de triomphe de la place de l’étoile en l’honneur de la prise de fonction d’Emmanuel Macron à la présidence de l’Union Européenne. La polémique, en elle-même, n’a que peu d’intérêt (quand nous avons 200.000 cas de contamination, que Poutine menace l’Ukraine, que Xi Jinping muselle Hong Kong, que les catastrophes climatiques sont légions …). Savoir si le drapeau Français a été omis ou si le drapeau Européen a remplacé le drapeau Français, si celui-ci a été retiré suite à la plainte des oppositions ou selon le calendrier établi par la majorité et sans doute du niveau intellectuel de nos élites politiques, mais j’avoue être largement dépassé par tant de perspicacité !

Mais de toute mauvaise chose on peut retirer du bien, et cette polémique n’échappe pas à la règle !

Ce qui doit nous interpeller en la matière est la confusion entre le symbole et le concept qu’il représente. Une idole n’est rien qu’un icône, un symbole, que l’on doit vénérer pour ce qu’elle symbolise et non pour ce qu’elle est.

L’une des premières manifestation de la lutte contre l’idolâtrie se trouve dans la bible. Pour les religions abrahamiques, l’idolâtrie est une corruption, une impiété à combattre. Lorsque Moïse descend du mont Sinaï et qu’il voit les Hébreux adorer une idole, le veau d’or, ce qui est interdit par le Deuxième Commandement, il est pris d’une colère si grande qu’il fracasse les Tables de la Loi sur un rocher.

Rappelons, donc, ce qu’est un symbole, une icône, une représentation, une signalétique. Prenons par exemple le pictogramme des toilettes hommes et femmes. Il nous indique la fonction, le contenu d’un lieu, mais il ne viendrait à personne de confondre le symbole avec le lieu. Il n’est qu’une information graphique (compréhensible même par ceux qui ne savent pas lire) qui nous indique ou est le lieu considéré, et comment nous y comporter.  Il est d’autres symboles, plus chargé d’émotion comme par exemple des statues religieuse, la Kaaba à La Mecque, ou encore la dent de Bouddha au Sri Lanka. Il sont adorés non seulement pour ce qu’ils représentent mais également « en soi » pour ce qu’ils sont. La commence la confusion entre l’objet symbole et le sujet qu’il est censé représenter.

C’est ce qui arrive notre à drapeau national. Il est là pour représenter notre nation, dans sa pureté, sa grandeur et ses valeurs positives. Dans ses conditions il ne représente pas véritablement la nation telle que nous pouvons la vivre au quotidien avec ses vicissitudes, ses valeurs nobles et ses mesquineries mais plutôt un idéal rêvé de notre nation. Il représente un peu la France sans les Français !

Si, par ailleurs, on se représente la confection d’un drapeau formé d’un bâton et de bandes de tissus coupées dans des laies de trois couleurs et cousue ensembles, il perd de sa magie et de son aura. Ne confondons pas ce drapeau, simple agencement de divers tissus et ce qu’il représente : la nation idéale telle que la voudraient les Français. On peut vilipender une nation, la critiquer, la dénigrer comme on peut le faire de tout concept abstrait, mais on ne peut pas l’injurier, l’humilier car ces actions s’appliquent à des humains et jamais à des abstractions. Allez donc injurier la stoïcisme, l’existentialisme … qui se sentira blessé ?

On peut déchirer un drapeau, le salir, on ne peut le profaner. Premièrement parce qu’il n’est pas sacré, et secundo car il n’est que le bout de tissus qui symbolise une nation dans ce qu’elle a de plus idéalisée, mais qu’il n’est pas la nation !  Ne confondons pas, en la matière, le sujet et l’objet.

C’est ce que font les nationalistes de tous poils, adorateurs des drapeaux, soumis aux symboles. Ils rêvent d’une nation idéale qui n’existe pas et n’a jamais existé. Ils sont incapables de voir notre nation telle qu’elle est réellement aujourd’hui dans sa complexité, dans sa diversité, dans ses grandeurs et ses bassesses. Quand on place la nation au-dessus des Français on s’engage sur un chemin dangereux. C’est ce qu’ont prôné les idéologues communistes plaçant la survie du parti avant celle des citoyens. On retrouve cette approche dans le « make Amerique great again » de Trump qui place le destin de l’Amérique par-delà celui des Américains, elle sous-tend la plupart de idéologies nationaliste, et également certaines idéologies écologistes qui placent l’avenir de la planète au-dessus de l’avenir des humains.

Les nationaliste rêvent de forger une nation idéale et fantasmée, et sont prêt à sacrifier des humains pour cela. Ne pouvant représenter, dans cette vision, la nation dont ils rêvent ils se rabattent sur des symboles. Le drapeau est un support idéal pour incarner tout et ne représenter rien.

Gardons-nous d’adorer des « veaux d’or », ne confondons pas l’objet et son sujet, le mythe et la réalité.

Print Friendly, PDF & Email

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top