skip to Main Content
01 42 59 15 27 patrick@rouillier.com

Le mensonge par omission et nos « politiques »

Le mensonge est en politique une arme largement utilisée et très peu pénalisée.

Rappelons les mensonge sur « les armes de destruction massive » de l’Irak qui a conduit à une guerre meurtrière et à la déstabilisation du moyen orient que nous connaissons aujourd’hui (même si ce n’en est pas l’unique cause). Donald Trump, Vladimir Poutine distillent à loisir toutes sorte d’informations mensongères et propagandistes … et pourtant c’est Bill Clinton avait faillit être destitué pour avoir menti sur sa relation avec Monica Levinski !

Mais le mensonge le plus utilisé, car le moins attaquable, est le mensonge par omission qui est l’arme majeure des campagnes électorales. Il est difficile à contrer car il n’apparaît pas comme tel, et suppose, de la part de l’électeur cible d’imaginer ce qu’on ne lui dit pas, ce qui suppose une grande maturité et de sérieuses compétences. En général le citoyen se « gave » des discours qui lui sont fournis, préférant ne retenir que ce qu’il a envie d’entendre.

Examinons quelques omissions représentatives :

  1. A tout seigneur, tout honneur : Emmanuel Macron. Sa campagne s’est organisée autour de la lutte contre le chômage. On favorise la compétitivité des entreprises pour déclencher un besoin d’embauche. Ce surcroit de travailleurs actifs engendre une augmentation sans douleur des recettes de l’état, de la sécurité sociale, des caisses de retraites et diminue la charge des ASSEDIC. Ceci redonne à l’état des marges de manœuvres pour lutter contre l’inégalité  sociale. Merveilleux !
    Mais ceci peut également se lire comme : On donne de l’argent aux entreprises qui retrouvent de la compétitivité, grossissent leur carnet de commandes et embauchent. Ceci leur permet d’augmenter leurs profits et d’enrichir les actionnaires. L’état c’est appauvri et les actionnaires enrichis. Il s’agit d’un transfert de fond du contribuable aux actionnaires.
    La morale de l’histoire est que l’inégalité sociale est le moteur de la croissance. C’est une politique que j’ai personnellement soutenu, car bien qu’injuste, elle est la seule possible pour « limiter la casse » pour les plus démunis. L’erreur est d’avoir omis d’« annoncer la couleur » car l’accroissement des inégalités fini par apparaître et le mouvement « des gilets jaunes «  en est la traduction.
  2. Marine Le Pen a construit toute sa campagne sur la sortie de l’Europe. Les technocrates de Bruxelles nous imposent leur dictat (ce qui est totalement faux car les « dit technocrates » n’ont pouvoir que sur des décisions mineurs, comme la normalisation du boulon de 13, ou celle de la taille et de la courbure des bananes (j’exagère un peu !). Toutes les décisions majeures (Harmonisation des fiscalités, politiques migratoires, défense Européenne, politique étrangère, …) restent à la charge des état et ce sont eux qui bloquent et non les « technocrates). De cette sortie de l’Europe, Marine nous a vanté tous les avantages ( souveraineté Nationale, compétitivité par la dévaluation, plus de redevances à la l’Europe, contrôle des flux migratoires, …) mais elle a simplement omis de parler des inconvénients. Le marasme des Britanniques englués dans le « Brexit » nous montre comment la chose est complexe et sans doute pénalisante. Sans pudeur, se rendant compte de sa sottise, Marine est passé à autre chose, a oublié Bruxelles et ses technocrates pour enfourcher d’autres mensonges par omission sur les dangers de l’immigration et le scandale du « pacte de Marrakech ».
  3. Nos amis républicains parlent sans cesse (avec juste raison) de la nécessité de diminuer la dépense publiques et des bienfaits que cela pourrait apporter. Ils oublient de nous parler du comment de cette réduction. Diminution des aides de l’état ou augmentation des impôts, diminution drastique du nombre de fonctionnaires (tout en demandant à la majorité actuelle plus de moyens pour l’armée, la police, l’hôpital, les handicapés, les vieux, l’éducation nationale,  les plus défavorisés, la justice, …).
  4. Juste une petite louche pour François Holland qui avait promis de réduire les déficit et diminuer le chômage sans toucher aux revenus des classes moyennes et populaires ! Bizarrement cela n’a pas fonctionné, il n’avait pas mentionné le second terme de l’équation : il faudra bien que tous les citoyens participent.

   C’est toujours facile de promettre « la lune » en oubliant de dire qu’il y fait très froid et que l’atmosphère est irrespirable ! Le mensonge par omission est sans doute le pire des mensonges car il est insidieux, manipulateur, parce qu’il est l’arme de l’élite (disons des plus instruits) contre le peuple (les moins instruits). Si le mensonge par omission était passible de prison on pourrai facilement réduire le nombre de nos députés et sénateurs à une toute petite poignée.

PS : n’accablons pas les politiques on retrouve sensiblement le même mécanisme dans la publicité et toutes démarches protéolytiques.

.


"Le mensonge par omission et nos "politiques""   


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top