skip to Main Content
[font_awesome icon="phone" margin_right="5px" color="#000"] 01 42 59 15 27 [font_awesome icon="envelope" margin_right="5px" margin_left="20px" color="#000"] patrick@rouillier.com [font_awesome icon="user" margin_right="5px" margin_left="20px" color="#000"] [wp_login_url text="User Login" logout_text="Logout"]

Dieu serait-il un pervers narcissique ?

Un pervers narcissique est un individu à l’ego démesuré qui développe les stratégies les plus élaborées pour humilier, dévaloriser les autres et ainsi les mener à croire que leur seule issue est dans l’adoration et la soumission à sa volonté.

Présenté comme cela … on voit venir l’analogie !

Ce que je vais dire maintenant doit évidemment être considéré comme une fable, dont la forme est symbolique, à ne pas trop prendre au sérieux, mais dont la morale mérite d’être prise en compte. Je m’excuse par avance si je peux choquer des religieux, mais tout croyant a le droit, et même le devoir, de réfléchir sur sa croyance

Je parlerais de la religion chrétienne, parce que c’est celle que je connais le mieux, mais les propos restent valables pour toutes les grandes religions de notre époque.

Dieu a créé les humains et, sympa, les a placés dans le paradis terrestre. Les humains ont fauté, péché, et se sont attiré le courroux de dieu. Si les humains ont péché c’est bien parce que le péché existait, et c’est bien dieu qui l’avait créé ce péché. C’était donc un piège dans lequel Adam et Ève sont tombés à pied joints. Dieu les a chassé et envoyé sur terre.  Il avait déjà créé la terre et déjà donc prévu que les humains tomberaient dans le piège qu’il avait conçu. Machiavel puissance dix !  Ca c’est pour le pervers narcissique.

La réaction de dieu est celle de tous les narcissiques contrariés, il s’est senti agressé et a développé une réaction paranoïaque en chassant nos ancêtres du paradis. Si dieu avait été un peu moins égotique il aurait admis sa part de responsabilité dans l’histoire aurai pardonné à Adam et Ève, et nous coulerions tous des jours heureux au paradis ! Quel gâchis ! Ca c’est pour la tendance paranoïaque !

Dieu a ensuite envoyé son fils se faire crucifier pour réparer nos fautes. Un façon

  1. De sacrifier son fils à son narcissisme, pas chouette.
  2. De mettre en évidence notre incapacité à nous racheter par nous-même et donc de montrer que notre seul salut c’était lui, à travers l’adoration et la soumission que nous lui devons

C’est typiquement la stratégie du pervers narcissique à tendance paranoïaque. Il aurai quand même été plus sage de pardonner aux humains leur erreur, quitte à leur « passer un savon » et tout serai rentré dans l’ordre sans douleur. On peut dire que dieu a gâché l’avenir de l’humanité par vanité.

Mais dieu ne s ‘est pas arrêté là. Il nous a enseigné « pardonnez-vous les uns les autres comme je vous ai pardonné ». Tu parles ! si lui, avait pardonné à Adam et Ève nous n’en serions pas là. Tout à fait la stratégie du pervers narcissique qui crée la situation qui va placer l’autre dans sa dépendance totale.

Dieu a également utilisé une stratégie qui fait partie de la panoplies du pervers narcissique qui est de diviser pour mieux régner. Comment a-t-il pu tolérer, et même être complice, des croisades, de l’inquisition, des guerres de religions, si ce n’est pour jouir de ces divisions qui nous affaiblissent et nous mettent à sa merci.

C’est le principe même du concept de dieu que de créer un personnage « tout puissant » qui demande adoration et soumission. En fabriquant cette image de dieu les humains induisent inévitablement son narcissisme. Les dieux gréco-romain étaient déchirés par des querelles d’ego que même Zeus n’arrivait pas à maitriser, les dieux Égyptiens, Juifs ou musulman sont tous doté de cette « tout puissance » qui ne peut que leur conférer un comportement narcissiste et paranoïaque.

Le ou les dieux, s’ils existent, ne sont pas en cause. Ils sont transcendants et hors des concepts moraux qui caractérisent les sociétés humaines. Ce ne sont pas les dieux qui sont mauvais mais l’image que les humains ont voulu donner d’eux qui est délétère.

Je ne discuterai pas de la croyance ou non croyance à une entité transcendantale. En discuter serai, immédiatement, de ramener cette transcendance dans le domaine des humains et lui retirer son caractère divin. La croyance est un choix, fondamental, que chacun fait sans pouvoir le prouver.

Ce que je discute par contre c’est le problème des religions.

La communication entre une entité transcendantale et les humains n’a aucun sens. On peut communiquer ente humain (et ce n’est pas toujours facile) vaguement entre homme et animaux, mais penser communiquer avec une transcendance à partir des concepts humains me paraît une « escroquerie intellectuelle » qui consiste à attirer le divin dans le champ des humains.

C’est ce que font les religions en développant tout une mythologie à visage humain. Toutes les religions ont donné de leurs dieux une représentation à forme humaine, au moins symbolique, mais accessibles aux humains. Les dieux Égyptiens avaient leurs représentations, les dieux Gréco-romain formaient un panthéon terriblement humain, les chrétiens ont Jésus christ (liaison mi dieu, mi-homme) les musulmans érigent Mahomet ou Ali en médiateur semi divins. Elles ont toutes développé des morales, des dogmes, des rites, des obligations de conception purement humaine et sans rapport avec toute notion de transcendance.

Ce faisant, toutes dénient à leur dieux toute nature divine pour l’intégrer à notre monde. Adorer dieu en lui refusant toute nature divine est le pire blasphème que l’on puisse faire.

Mais pas de problème puisque le dogme des dogmes des religions est que l’on n’a pas le droit de douter. Dans une religion dieu est dieu par le simple fait qu’il est interdit d’en douter. Cela ressemble un peu au culte de Kim-Jong-un en Corée du nord !

Print Friendly, PDF & Email

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top