skip to Main Content
[font_awesome icon="phone" margin_right="5px" color="#000"] 01 42 59 15 27 [font_awesome icon="envelope" margin_right="5px" margin_left="20px" color="#000"] patrick@rouillier.com [font_awesome icon="user" margin_right="5px" margin_left="20px" color="#000"] [wp_login_url text="User Login" logout_text="Logout"]

Le piège grossier du souverainisme

Marine Le Pen, Philippot, Dupont-Aignan, et consort nous prônent les avantages du souverainisme pour la nation Française. Sont-ils sincères, compétents, ou au contraire menteurs ou incompétents ?

La souveraineté nationale n’est pas complexe à mettre en place (le Brexit en est un exemple contraire, mais pas forcément représentatif) mais là n’est pas la question. Le vrai problème n’est pas là, mais bien celui de notre capacité à vivre et faire respecter cette souveraineté.

On a le droit d’avoir des ambitions, mais encore faut-il en avoir les moyens.

Si on regarde l’ensemble des pays non impliqués dans des structures collectivisés, on s’aperçoit que les nations prospères sont :

  1. Les grands pays à forte puissance économiques et militaire (États-Unis, Chine)
  2. Les grands pays à forte population et donc à fort potentiel économique (Russie, Indes, Brésil …)
  3. Les petits pays à caractère de paradis fiscaux, ou disposant de ressources très importantes en matières premières demandées sur le marché international.(Pays du golfe, Bermudes et paradis fiscaux de tous poils)

Notre pays n’entre, malheureusement pour nous, dans aucune de ces catégories.

Prenons un exemple simple (caricatural mais réaliste quand on voit ce qui se passe entre La Chine et les États-Unis)). Supposons qu’un dirigeant Chinois décide d’investir en France et se propose d’acheter l’ensemble des aéroports de notre pays. Notre pays, en toute souveraineté s’y refuse … après un référendum d’initiative partagée. Le dirigeant Chinois décide alors de bloquer tout commerce avec la France, de refuser toutes marchandises provenant de notre pays et d’interdire toute implantation de société Française sur le territoire Chinois. Forcement nous répliquons en appliquant de droits de douane prohibitifs sur les produits importés Chinois. Dans ce bras de fer la Chine perd une toute petite partie de son marché d’exportation (France par rapport à reste du monde) nous, au contraire vu notre taille nous perdons gros dans la bataille et pénalisons nos exportations agricoles et technologiques.

Si la Chine veux pousser le bouchon un peu plus loin, ses dirigeants vont voir l’Allemagne ou l’Angleterre avec le chantage suivant : « Vous cessez toute activités commerciales ou politiques avec la France, sinon nous allons compliquer vos échanges avec la Chine ». Ces pays ne peuvent que céder, leurs intérêts sur le marché Chinois étant de loin plus prometteurs qu’avec une France isolée. Nous nous retrouvons de plus en plus seuls.

Le rapport de force nous serai bien plus favorable si la Chine voulait s’opposer à une Europe unies et parlant d’une seule voix. Impossible pour la Chine de se priver d’un marché de 512 millions de consommateurs parmi les plus riches de la planète. L’Europe représente, de très loin, le premier marché d’exportation de la Chine (394 millions de dollars alors que les USA n’importent que 267 millions de dollars depuis la Chine)  

Prenons un autre exemple. Supposons que la France, en état souverain, décide de lutter contre les paradis fiscaux. Pour garder l’argent en France elle décide d’interdire ou de fortement pénaliser les entreprises ou banques Françaises qui envisageraient de placer de l’argent dans un paradis fiscal. En état souverain elle en aurait le droit. Évidemment l’ensemble des sociétés multinationales, qui font leur miel avec les paradis fiscaux, l’ensemble des pays dont l’économie et très dépendante de ces sociétés se lèveraient pour éradiquer le « vilain petit canard » qui vient s’opposer à leurs intérêts. Contre toute la puissance financière du monde, je ne donnes pas cher de notre peau. Même une Europe forte et unie aurait bien du mal à s’imposer (à condition qu’elle est put régler le problème de ses paradis fiscaux interne), alors la France toute seule … !

On pourrait  prendre l’exemple de la lutte contre le réchauffement climatique, les négociations internationales, ou autres. Seule, la France est un petit pays sans capacité à lutter contre les monstres de la planète.

Le souverainisme est un leurre quand on n’a pas la puissance pour l’imposer sur le monde. La France souveraine, mais isolée, serait vite ruinée et le dernier acte de souveraineté serai un référendum d’initiative partagée avec les options suivantes :

Voulez-vous être absorbé ou vassalisés par :

1 La Chine
2 Les Etats-Unis
3 La Russie

Ce serait notre ultime acte de souveraineté que de choisir celui-qui va nous manger !

Croyez-moi, si on veut jouer seul dans la cours des grands, il ne suffit pas de montrer ses petits muscles, il faut aussi être capable de s’en servir.

L’Europe occupée à se déchirer dans des luttes entre nations désormais rivales serait rapidement digérée par les « vrais » grandes puissances. L’Europe, telle que nous la vivons, est loin d’être satisfaisante mais au moins elle pourrait nous permettre une réaction collective quand nos intérêts commun seront menacés par de grandes puissances hégémoniques


"Le piège grossier du souverainisme"   


Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top