skip to Main Content
[font_awesome icon="phone" margin_right="5px" color="#000"] 01 42 59 15 27 [font_awesome icon="envelope" margin_right="5px" margin_left="20px" color="#000"] patrick@rouillier.com [font_awesome icon="user" margin_right="5px" margin_left="20px" color="#000"] [wp_login_url text="User Login" logout_text="Logout"]

Le grand remplacement, pas si bête !

L’extrême droite Française, tétanisée par les problèmes de l’immigration, théorise la notion de « grand remplacement » selon laquelle l’arrivée inexorable de « millions d’émigrés » remettrait en cause l’équilibre démographique de notre nation. Les « Français de souche, les bons blanc » seraient évincé du pays et dominés par une inteligencia musulmane. Avant de discuter de cet « apocalypse » voyons ce qu’il en est à travers l’histoire.

L’archétype du grand remplacement est évidemment « la conquête de l’ouest » pour former les États Unis d’Amérique. Même s’il n’a pas véritablement été théorisé comme tel, on peut le résumer dans la phrase (attribuée à Philip Sheridan) : «. Un bon indien est un indien mort ». Les populations indiennes ont été massacrées ou réduites en servitude pour laisser la place aux migrants venu essentiellement d’Europe. C’est là le scénario fantasmé que met en scène notre extrême droite.

Trouve-t-on d’autres cas similaires dans l’histoire ?

L’empire Romain

Une des premières expansions impériales dans l’antiquité est la naissance de l’empire Romain. En quelques siècles les Romains ont annexé à leur empire la majorité des pays bordant le méditerranée (plus la Gaule et une partie de l’Angleterre). Cela a-t-il généré une forme de grand remplacement ?

On peut répondre que non puisque les Romains se sont toujours appuyés sur les élites locales (Achetées à coup de sesterces et d’honneurs). Et les traditions en vigueur. L’empire Romain s’est superposé aux structures locales existantes sans les éradiquer. Il n’y a donc pas eut de « grand remplacement » mais une simple prise en main des pays

L’Empire Ottoman

L’autre visée expansionniste est la création de l’empire Ottoman issue de la conquête par les musulmans de nouveaux territoires.

A partir du XIV siècles les Ottoman étendent leur domination sur de nombreux états chrétiens orthodoxes d’Europe. Juifs et Chrétiens sont considérés comme « protégés » et sont exemptés d’obligation militaire. Par contre ils sont soumis à double imposition à double titre de citoyen et de chrétiens ou Juifs. Une forte pression incita ces populations à se convertir à l’Islam Sunnite. Le remplacement a été progressifs et plus ou moins consenti, mais à ce niveau on pourrait plutôt parler d’intégration.

Les conquistadors

Les conquêtes en Amérique du sud par les Espagnols et Portugais relèvent plus du « racket » que du remplacement. L’objet en est essentiellement l’accaparement des richesses (or) du pays pour les rapatrier en Espagne ou au Portugal pour enrichir l’état. Les populations locales ne sont exterminées que si elles s’opposent au pillage de leurs richesses, elles sont d’autre part décimé par les maladies microbiennes importé par les colons. C’est ainsi que disparaitrons les civilisations Aztèques, Incas, et Mayas. Le remplacement se fera partiellement sur plusieurs siècles et résultera plutôt de l’appétence des populations locales pour les standards de vie des colons

Les conquêtes coloniales (France, Angleterre, Allemagne, Hollande)

Ici, encore, il s’agit de s ‘approprier les richesses locales sans volonté de remplacement. Les populations locales sont exploitées. Les colons, fort de leur supériorité supposée ou réelle, s’imposent en maitre sans aucune visée idéologiques. Les populations locales sont simplement utilisées comme une main d’œuvre docile (par coercition) et à bon marché. Bien sûr « l’apport bénéfique de la civilisation » sert de prétexte à la colonisation.

La civilisation et la culture locale sont simplement ignorées pour ne retrouver de l’intérêt qu’au début du XX ème siècle via les mouvements artistiques (plutôt à gauche)

La colonisation de l’Australie

Il s’agit là d’une migration prédatrice puisque les autochtones (Aborigènes) sont chassées de leurs territoire au bénéfice des colons, parfois exterminés, mais sans visée idéologique tant les colons étaient certains de la supériorité indiscutable de leur culture

Le régime Nazi

Ont parler de « remplacement partiel » puisque l’idéologie Nazi se propose d’éliminer radicalement les Juifs, les Roms, les homosexuels et les communistes pour laisser la place aux « bons ariens » blancs, blonds, aux yeux bleus. C’est évidemment une véritable théorisation du « remplacement » dont on a pu apprécier les conséquences.

Divers

Parmi les tentative de « grand remplacement » on peut citer les génocides qui sont par définition des tentatives radicales de remplacement. Éliminer une partie ciblée de la population pour laisser la place à une autre confine inévitablement au « remplacement » Ces génocides sont malheureusement légion dans l’histoire. Citons les plus connus :

La croisade des Albigeois

Les guerres de religions

L’invasion de la Corée par les Japonais

Le guerre du Biafra

Les massacres par les Khmers rouge au Cambodge

Le massacre des Tutsi par les Hutus,

L’épuration des « révisionnistes » dans les états totalitaires

Conclusion

Le « grand remplacement » n’est pas nouveau dans l’histoire. On le juge différemment selon que l’on se trouve du côté du « remplaceur » ou du « remplacé ».

La formation des états unis paraît plutôt positive pour le monde occidental alors qu’il laisse un souvenir amer du côté des descendants des indiens. Pourtant aux États unis cette idée n’est pas morte et la chasse aux communisme, la ségrégation des noirs continue de polluer la vie politique américaine.

On voit que les véritables « grands remplacements » ont toujours été sous tendus par une pensée d’extrême droite principalement alimentée, voire justifiée, par le nationalisme. Dans celle-ci, comme dans toutes les idéologies, le concept est plus important que la réalité, ou du moins le concept est une excuse à une réalité ignoble.

Dans l’idéologie d’extrême droite actuelle la France, avec un grand F est plus importante que les français comme dans l’idéologie écologiste, sauver la planète est plus important que sauver les hommes. On peut donc négliger les humains pout l’idéologie.

Le grand remplacement suppose une civilisation plus développée ou mieux armée (Migrants/indiens aux USA, armée Allemande contre armée française) qui s’impose à une plus faible. Nous ne sommes actuellement pas du tout dans ce cas de figure. En Europe les migrants, loin d’être en force, sont les parents pauvre de notre civilisation. Ils ne peuvent s’imposer par la force à moins que leur démographie ne passe, en France, le cap des 50 millions d’individus. Ceci est hautement improbable.

Le « grand remplacement » à effectivement existé dans le passé, mais l’utiliser dans le contexte actuelle est une pure escroquerie intellectuelle.

Print Friendly, PDF & Email

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back To Top