skip to Main Content
[font_awesome icon="phone" margin_right="5px" color="#000"] 01 42 59 15 27 [font_awesome icon="envelope" margin_right="5px" margin_left="20px" color="#000"] patrick@rouillier.com [font_awesome icon="user" margin_right="5px" margin_left="20px" color="#000"] [wp_login_url text="User Login" logout_text="Logout"]

Ecologie et démographie

Les démographes prévoient que bientôt la population de l’Afrique aura doublée. Cette prévision est basée sur nombres d’arguments comme le taux de fécondité des femmes Africaines, son évolution prévisible dans le temps, le développement économique, les progrès de l’éducation, …

D’autre par les écologistes prévoient que compte tenu du réchauffement de la planète les pays sub-sahariens et l’Afrique en général sont menacés de sécheresse et de désertification. Ceci militerait plutôt pour une diminution de la population en raison des conditions de vie extrêmes

Les sociologues de leur côté prévoient des vagues d’émigration des pays du sud vers les pays du nord, diminuant ainsi la population en Afrique pour augmenter celle des pays du nord. Quoi qu’il en soit la population de la planète va croitre largement, ce qui personnellement m’inquiète beaucoup plus que le « réchauffement climatique ».

Cet accroissement de la démographie est le problème qui génère tous les autres. Avec une population réduite notre planète pourrais être, sinon un petit paradis, du moins clairement vivable. Si nous étions moins nombreux :

  • Le risque d’épuiser les matières premières non renouvelables serai bien moindre et surtout repoussé loin dans le temps (pétrole, métaux rares, sable, …)
  • La pollution serai diminuée car elle est à peu près proportionnelle au niveau de population (gaz à effet de serre, trou dans la couche d’ozone, pollution des mers et des rivières, pollution de l’air, …)
  • L’impact sur la nature serai diminué (déforestation, consommation excessive d’eau, épuisement des sols … )
  • Les efforts à faire pour « rester dans les clous » seraient infiniment réduit et bien plus facile à imposer et à gérer

Tous les efforts de gestion de la ressource, de gestion de la planète, sont inefficaces devant l’accroissement de la population. Inutile de se « tordre mutuellement les bras » quand les besoins augmentent plus vite que nos capacités à les gérer.

Évidemment  envisager une politique de diminution de la population semble une idée invraisemblable, inacceptable, quasiment eugéniste ! Elle entrainerai, en période de décroissance un déséquilibre profond entre jeune et vieux, actifs et inactifs, bref elle présente tous les défauts possibles et imaginable !

Pourtant, que peut-il advenir de nous si nous continuons à laisser croitre notre population.

Plusieurs mécanismes de régulation peuvent automatiquement se mettre en place :

  • Surviendrons, avec la concentration des hommes des périodes de plus en plus fréquentes de tensions, de rivalité dans les pénuries, de création de groupes d’auto-défense à l’échelle des nations.
  • Les matières premières disponible, l’alimentation, les terres habitables, l’eau seront confisquées par les groupes les plus puissant (disons schématiquement : Les riches) laissant aux plus démunis la seule option de disparaître, ou de se rebeller
  • La régulation se fera par les conflits armésc(l’arme nucléaire sera alors bien utile à ceux qui en disposerons) et par les famines qui imposerons la disparition de milliards d’individus pour rendre la planète vivable pour les survivants.

 

Ce scénario « apocalyptique » est quasi inévitable en ce sens qu’il sera malheureusement nécessaire à la survie de l’humanité (ce qui est un peu paradoxal). Il vaudrait mieux nous préparer à gérer cette diminution du nombre d’habitants de la planète plutôt que de la subir de façon dramatique. J’ai bien peur que nos brillants écolos ne voit guère plus loin que le bout de leur nez, et qu’ils observent l’arbre, si écologique soit-il, qui masque la forêt. On peut survivre sur une planète polluée, avec un peu de particules fines dans les poumons, mais pas dans les guerres modernes et les grandes pénuries.

 

Print Friendly, PDF & Email
Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top