skip to Main Content
01 42 59 15 27 patrick@rouillier.com

C’est un besoin quasi obsessionnel chez tout individu quelques soient ses croyances et ses contraintes ,de conserver son libre arbitre.

Chez les individus religieux, la notion de Dieu omnipotent pourrait engendrer un certain déterminisme par soumission à la puissance divine.

Vous avez voulu, Ô mon Dieu, qu’il [le libre arbitre] concourût à votre grande oeuvre, qui est notre sanctification, sans songer que c’est vous, Ô moteur secret, qui lui inspirez le bon choix qu’il fait(Bossuet)

arbitreLes religieux ont inventés la notion de péché qui permet à l’homme de suivre ou ne pas suivre les préceptes divins. Ceci réintroduit dans les comportements humains une dose de libre arbitre, une faculté d’échapper à la détermination divine. Bien sur cette liberté coute très cher puisqu’elle éloigne à tout jamais l’homme de son créateur.

Chez les athées, pas de déterminisme « à priori », mais une structuration des représentations mentales, fruit des expériences, qui induit , « de facto » les comportements. Heureusement les représentations mentales sont si complexes et si nombreuses qu’elles deviennent , dans la majorité des cas, totalement imprévisibles. Ainsi, l’homme garde l’impression de faire ses choix librement puisqu’il ne peut en concevoir le déterminisme.

Il est amusant de voir que les individus religieux que l’on supposerait à priori plus contraints et déterminés sont ceux qui ont le libre arbitre le plus apparent ! La vision « athéiste » du monde offrirait moins de liberté en voulant se libérer du carcan des religions.

La question reste donc posée, l’homme a t il son libre arbitre ou non ? Chez les religieux la réponse est non, bien qu’un aménagement de la morale puisse en faire douter. Chez les athées, la réponse est oui, bien qu’une réflexion sur les construction mentale puisse la remettre en question.

Une chose est certaine, la notion de libre arbitre est intimement liée à la représentation que l’on se fait de la vie (modèle religieux, athée, ou autres). celle ci étant par essence arbitraire, le fait d’un choix pas forcément totalement libre, en partie déterminé par ses origines, son environnement, ses expériences. Aucune ne peut être considéré comme plus acceptable que les autres, aucune ne mérite d’être choisie à priori, mais chacune dans sa conception laisse une porte ouverte sur le libre arbitre, une possibilité de choix.

La question devient, non pas l’homme a t il son libre arbitre, mais l’homme souhaite t il avoir son libre arbitre ? En quelques sortes, c’est l’individu qui développe et adopte son système de pensée (librement ou non ), à lui d’y inclure son libre arbitre ou non, c’est son choix (libre ou non ). L’homme n’est pas déterminé (du moins à notre connaissance et à notre niveau ) c’est à lui de se définir, de prendre son identité … c’est sans doutes là qu’est sa liberté !


"La notion de "libre arbitre""   


Back To Top