skip to Main Content
[font_awesome icon="phone" margin_right="5px" color="#000"] 01 42 59 15 27 [font_awesome icon="envelope" margin_right="5px" margin_left="20px" color="#000"] patrick@rouillier.com [font_awesome icon="user" margin_right="5px" margin_left="20px" color="#000"] [wp_login_url text="User Login" logout_text="Logout"]

La construction de la conscience cognitive (suite)

Dans la première partie, j’ai donné un exemple très simple pour montrer comment une information s’inscrit dans notre mémoire, conscience cognitive, et crée les liens nécessaires à son intégration dans le grand réseau de cette conscience.

Évidemment, dans la vie, les mécanismes sont plus complexes, non pas qu’ils soient plus compliqués mais surtout parce qu’ils sont infiniment plus nombreux à se mettre en place.

Reprenons notre exemple précédent enrichi de nouvelles informations

Voilà ce que nous savons et avons déjà intégré :

Soit Pierre le père de Paul, et Jeanne la fille de Paul.
Pierre et militaire, pilote dans l’aviation, Il adore le football et c’est un grand supporter de l’OM (Olympique de Marseille !)
Paul est architecte, il a construit un immeuble aux Indes. Il aime la randonnée cycliste et de ce fait est très intéressé par le tour de France
Jeanne est au collège, elle aime le Rap, et à une collection de poupées Barbie.

Imaginons maintenant que l’on apprenne qu’il va y avoir un match important pour le championnat de France de foot et que Marseille (OM) est en lice. Cette information va s’inscrire dans notre mémoire et un lien va se construire entre cette information et celle concernant Pierre, car vraisemblablement Pierre sera concerné par à cette nouvelle.

On apprend maintenant qu’un immeuble c’est effondré aux Indes. En intégrant cette information on va créer un lien avec Paul, architecte qui a construit un immeuble aux Indes et qui est susceptible d’être impliqué dans l’affaire. Ce lien tiendra compte de la très faible probabilité que Pierre soit mêlé à l’histoire.

Apprenons que l’OM a construit un nouveau stade réalisé par un architecte Jacques X. En intégrant cette information on la reliera à Pierre supporter acharné de l’OM et père d’un architecte (Paul). On créera également un lien avec Paul, en tant qu’architecte. Jacques X. se trouvera ainsi relié à Pierre et à Paul.

Apprenons maintenant que le tour de France fera étape à Marseille et que l’arrivée aura lieu dans le nouveau stade de l’OM. Nous créerons des nouveaux liens logique dans notre conscience cognitive. Jacques, à travers le stade qu’il a créé pour l’OM va établir, ou renforcer, un nouveau lien avec Pierre qui aime le foot et l’OM. A travers l’arrivée du tour à Marseille un lien va s’établir avec Paul qui est un fan du tour de France.

Va se développer un immense réseau logique qui relie chacune des informations à chaque élément déjà inscrit dans la conscience. On imagine facilement, compte tenu du nombre d’informations dont nous disposons combien de combinaisons peuvent se trouver entre elles et la richesse du réseau créé. Bien sûr l’exemple que j’ai fourni est d’une simplicité infinie à côté de ce qui se produit dans la réalité et de plus il ne concerne que des informations factuelles et non des concept plus diffus comme des opinions religieuses, des concepts philosophiques, des observation invérifiables, voire considérées comme fausses et donc rejetées. Ce réseau va mettre en jeu des milliards de liens logiques qui vont définir les chemins entre toutes ses informations. C’est liens servent à inscrire les informations dans la mémoire, mais ils servent surtout à être les chemin tracé pour les retrouver. Quand on recherche une information dans la mémoire, il suffit de trouver le bon point de connexion dans le réseau pour remonter les liens vers l’information souhaitée. La construction de la mémoire en réseau a pour finalité ultime la capacité à retrouver une information stockée.

Quand on dit que l’on a une info « sur le bout de la langue », sans réussir à la faire émerger c’est que par des moyens détournés on sent que l’on possède cette information mais que l’on n’arrive pas à trouver le point d’entrée (de connexion) dans le réseau et qu’on ne peut donc pas accéder à ce que l’on cherche. Peut-être, après un moment, on retrouvera le point d’entrée et l’information surgira toute seule, comme par magie. On dira : » Je le savais bien ! »

Voici, un peu mieux explicité le mécanisme qui gouverne les liens logiques entre les information dans la mémoire, tant en ce qui concerne leur intégration que leur réémergence.

C’est bien de trouver un modèle sur la structuration de l’information et l’on conçoit assez bien que des liens logiques puissent être modélisés par une séquence d’opérateurs logiques booléens (OUI, NON, OU, OR, ET, SANS, AVEC, SI …ALORS,) qu’en est-il de l’information elle-même, comment s’inscrit-elle dans la mémoire. Nous avons défini le contenant (le réseau logique) mais pas le contenu (l’information).

Il reste donc, encore, un immense travail à accomplir et j’avoue que toutes suggestions seraient les bienvenues !


"La construction de la conscience cognitive (suite)"   


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top